Partagez | .
 

 Le Bon Dieu sans confessions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Membres NR
Anthiosis
My Secret
▋Credit Avatar : Adam Levine
▋Avatar : pour le moment, moi
▋Race : Orion
▋Pages de journal : 18



NR Statut
▋ My Power:
▋My relationship:


MessageSujet: Le Bon Dieu sans confessions   Dim 17 Mai - 18:18





Comment ça, j'ai l'air d'un représentant de commerce en aspirateurs ? Elle est sérieuse ? Jalouse ? De mauvaise foi (hahaha, ce serait un comble au Vatican!) ? Non, bien entendu, Leila est verte de jalousie qu'Orion m'ait choisi comme ambassadeur des Orions pour aller officiellement informer le Souverain Pontife qu'il ne l'est plus ! Elle aurait bien aimé se pavaner dans le Palais, baiser des mains couvertes de bagues en s'inclinant et en disant "Votre Sainteté!" Leila est comme toutes les filles et particulièrement les hôtes humaines : elle aime les belles choses qui brillent et le luxe, et la volupté mais pas tellement le calme. Oulah, je m'emballe moi ! Mais pour signifier la fin de son règne à un monarque, fût-il céleste, il faut un homme résolu. Orion sait très bien que je ne m'embarrasse pas d'états d'âmes. Je suis pragmatique, et je travaille à l'économie de sentiments. Les sentiments sont un luxe que seuls les personnes ayant du temps à perdre s'octroient. De toute façon, à quoi bon s'attacher à quelqu'un ou lui accorder attention ? J'ai déjà Orion comme ami et protecteur, cela suffit à mon bonheur! Tiens voilà une phrase qui pourrait faire une bonne propagande! Je la note, ça peut toujours servir. Donc, oui, pourquoi se risquer à s'attacher à quelqu'un qui me décevra forcément. J'ai déjà la personne idéale à aimer sous la main, hormis Orion. Moi. Oui, absolument, moi !  Je m'aime d'un amour absolu et inconditionnel. D'ailleurs qu'est ce que je suis beau et irrésistible dans ce costume. Le miroir me renvoie un reflet parfait! Vraiment parfait! Oui, je m'aime! Il faut bien, hein, parce que jusqu'à présent, les amoureux de moi, à part Orion qui me fait l'honneur de son amitié - certaines mauvaises langues  diront qu'il honore aussi quelques endroits de mon anatomie humaine avec la sienne, mais ce n'est que pure calomnie dénuée de fondement... ouh qu'il est mauvais ce jeu de mots - à part Orion, donc, les amoureux de ma belle petite gueule ne se bousculent pas. Donc, voilà, on n'est jamais aussi bien aimé que par soi-même.

Par conséquent je me réserve mes sentiments et je donne le reste aux autres. L'indifférence, la condescendance, à la limite. Qu'est ce qu'ils sont pitoyables tous ces êtres qui gravitent autour d'Orion et de moi-même. Bon, je veux bien admettre qu'il y a des degrés dans le dédain qu'ils m'inspirent. Leila, par exemple, a des éclairs de lucidité et de génie, couplés à certains talents un peu en friche qu'il faut qu'elle discipline un peu. Elle a le même don que moi et quelques autres que je n'ai pas, mais elle manque tellement de rigueur dans la pratique ! Je l'ai entrainée pourtant. Elle a progressé, je ne dirais pas le contraire, mais en même temps, elle ne pouvait que progresser vu son niveau de départ. Cependant, il y a encore du travail. Soyons bon prince et ne décourageons pas la damoiselle. On va procéder par étapes et elle arrivera un jour à un niveau satisfaisant. Il faut déjà qu'elle l'admette, qu'elle accepte qu'Orion préfère me confier les missions sérieuses et lui laisser la rubrique des démons écrasés. L'acceptation de ses lacunes est le premier pas vers le progrès. Il faudra que j'en parle à Orion, en privé. Parce que bien entendu quand on écoute parler Leila, on comprend qu'elle pense avoir une maîtrise parfaite de ses dons, arriver à s'en rendre maîtresse sur le bout des doigts. Enfin, je ne l'ai ai jamais entendu le formuler à haute voix, mais je suis certain en mon fors intérieur qu'elle le pense. Et comme je ne me trompe jamais. J'ai forcément raison.

Bon, trêve de monologue devant le miroir ! J'ai un Saint Père à congédier moi ! Je me demande si Gabriel va venir cette fois-ci me chier dans les bottes. Quoiqu'il en soit, il risque d'en être pour ses frais. J'ai pris du poil au menton et quelques galons de force depuis notre dernière "accolade". Ajustons ce nœud de cravate! Seule la perfection sied à l'Orion idéal, moi!
 


La place Saint Pierre était bondée en cette belle matinée de mai et le ciel rougeoyant à l'horizon, promettait d'autres lendemains apocalyptiques aux illuminés qui se baladaient une pancarte autour du cou. C'était tellement devenu un fond de commerce à Rome, que certains avaient perdu de vue que l’apocalypse avait déjà eu lieu depuis belle lurette et que c'était affaire classée. Nous y avions veillé personnellement Orion et moi. Je biffurquai dans une ruelle et croisai un chien qui me fixa un instant de son air ... de chien. Je lui rendis son regard à ma façon et il glapit puis partit sans demander son reste. Chiens errants, mendiants, prédicateurs de fin du monde. Tout cela allait changer dès que j'aurais étendu mon hégémonie, enfin celle d'Orion sur Rome, l'Italie, le Vatican, et j'en passe. Je ne supportais pas la médiocrité et j'en avais croisé trois représentations en parcourant une seule rue de cette ville soit disant mythique. Je ne voyais pas en quoi. Miteuse, oui ! Je hélai un technotaxi. Non ce n'est pas un taxi dont le driver écoute de la musique spasmodique mais un véhicule par nous, Orions, offert à l'Humanité démunie pour se déplacer instantanément. Bien entendu, cela a un coût. Les médiocres iront à pied. Mais comme je suis superbement intelligent, je suis assuré d'arriver à bon port. Et en un temps record, par téléportation quantique. Il suffit de monter dans le véhicule qui consiste en une sorte de mini trône muni d'un pupitre sur lequel on pose la tête et si on est assez brillant, on est téléporté à l'endroit où on pensait. Si on est maladroit, on peut arriver dans un endroit non souhaité. Il y a quelques accidents de technotaxis, soyons honnêtes. Des sorties de route, dues à un manque d'attention ou au croisement d'un flux démoniaque, mais c'est relativement rare en proportion de la densité de la circulation. Si on est abruti au point de ne pas arriver à visualiser un lieu eh bien on est éclaté sitôt qu'on pose le front sur le pupitre. C'est déjà arrivé une ou deux fois à ma connaissance. Il a a fallu nettoyer la petite cabine du technotaxi du sol au plafond. C'est essentiellement à cela que sert le robot conducteur.

Je me trouvais à présent aux portes du Palais, très étonné que Gabriel ne soit pas déjà venu s'interposer. Et que Leila ne m'ait pas déjà rattrapé en disant qu'elle savait que je n'étais pas dûment mandaté par Orion pour cette mission et qu'elle était obligée de faire un "rapport" mentionnant une initiative prématurée pouvant générer des conflits et rompre la quiétude ambiante. Leila s'imaginait toujours qu'on pouvait faire une omelette sans casser d’œufs, mais ça, c'est parce qu'elle n'en avait pas! J'empruntai son couvre chef à un des Gardes Suisses en faction, le posai sur ma tête et me mis à chanter sur l'air d'un vieux tube, les humains disaient comme ça à une époque, en entamant une chorégraphie absolument divine.



- Vas-tu me laisser entrer petit page ? Sais tu que si tu n'es pas sage, le grand méchant que je suis va te découper en morceau comme un animal, animal ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


    King of
    ORIA
Orion
My Secret
▋Credit Avatar : ©DarkH.
▋Avatar : Grant Gustin
▋Race : Orion
▋Pages de journal : 46



NR Statut
▋ My Power:
▋My relationship:


MessageSujet: Re: Le Bon Dieu sans confessions   Lun 25 Mai - 9:53

    Il est vrai que j'avais beaucoup de choses à faire afin de m'imposer aux seins du royaume humain, depuis près de dix ans déjà je leur avais (re)donner les moyens de se soigner, de vivre une vie plus simple et de se transporter comme bon leur semblaient au sein de mon nouveau Royaume. La seule chose que j'avais imposé à mon ambassadeur Anthiosis, c'était de laisser en place dans son palais le souverain pontife humain. Je me disais que cela pourrait probablement aider les humains de garder une partie de leur ancien royaume et surtout que cela pourrait attirer Gabriel au sein même du royaume dont il était jadis le protecteur !
    Visiblement mon plan ne semblait pas avoir porter ses fruits au-delà de toutes ses années passées. C'était pour cela que j'informais à Anthiosis que je l'autorisais enfin à rendre une petite visite à ce cher pape ! Il ne tarda pas à partir, comme un enfant à qui on avait donner un cadeau le matin de noël, enfin ce qu'étais la période de noël pour les êtres humains et que nous avions également assimilé à notre culture. J'avais un sourire presque indélébile que je vis son sourire sur son visage, et oui malgré le fait que je sois souverain, je savais très bien cacher la vérité aux yeux du monde, et cela faisait déjà plusieurs années que j'étais secrètement amoureux de mon propre bras droit sans même que lui ne s'en rende compte.

    Je connaissais tellement bien Anthiosis, que je savais parfaitement qu'il allait probablement passer une grosse partie de son temps à se préparer pour donner une image parfaite de ma personne mais aussi de la sienne. Nous avions un point commun tout les deux, nous aimons notre personne, le narcissisme est notre pire défaut, ou bien à défaut une qualité dans certains cas. Je venais de faire de même, moi qui depuis que nous étions parmi les humains avait troqué les costumes officiels et vieux jeu par des tenues totalement déjanté ou décontracté, je vous avouerai que de me mettre sur mon trente et un comme un humain allant à une soirée, me fit bien rire. La chose pratique dans mon statut de Roi était que j'avais tout un tas de couturier et de couturière à mon service et qui se faisait un grand plaisir de me faire essayer leurs œuvres. C'est d'ailleurs pour ça que j'avais choisi un merveilleux costumes qui me mettait totalement en valeur. Il était temps pour moi de prendre la route et de tout de même surveiller les agissements de mon bras droit. En effet la situation était délicate et il ne fallait provoquer d'accident politique. Et puis, à vrai dire, comme un enfant je convoitais avec jalousie le palais du Pape pour en faire mon propre appartement royale ! Il était temps pour moi d'avoir un véritable château fort pour moi !

    Je n'avais pas besoin d'utiliser quelconque technologie pour me déplacer, encore un autre avantage de mon rang, je pouvais me téléporter quand bon me semblait et où je voulais sans le moindre effort. Une vive lumière apparut dans la salle d'essayage avant que mon corps ne soit finalement transporté devant la place St-Pierre où j’apparus également dans une vive lumière. Les gens qui se trouvait ça et là se mirent à genou, m'accueillant presque comme un Dieu au sein même de leur cité à l'allure divine ! Je m'approchais des gens pour leur laisser un peu de moi en témoignage, comme des groupies attendant leur starlette depuis des heures durant. Je repris ma route aussi rapidement que j'étais arrivé lorsque je vis au loin Anthiosis discuter avec un garde, j’espérai au plus profond de moi qu'il allait garder son sang-froid, non pas que je manque de confiance en lui, mais surtout car je sais qu'il ne supporte pas que quelqu'un lui refuse quoi que ce soit, sauf si cela viens de moi bien évidement. J'avais cette capacité à pouvoir le calmer même dans les pires situations.
    J'arrivais désormais à son niveau, je posa une simple main sur son épaule avant de lui adresser la parole.


    « Anthiosis, je suis sûr que ce charmant jeune homme va nous laisser entrer sans même broncher, n'est-ce pas ? »
    Je me tournais vers le garde, mes yeux était devenu d'un bleu céleste, j'étais presque prêt à me servir de mes pouvoirs pour forcer le passage, mais je pouvais lire la terreur sur le visage de ce simple page comme disait mon comparse. Il nous laissa alors passer sans même crier gare, peut-être avait-il eu peur de nous tout simplement ? « Anthiosis, si je suis là ce n'est pas que je doute de tes compétences, mais je préfère qu'on évite un incident politique majeur, si il le faut je te laisserai t'adresser au souverain pontife... » Orion espérait ne pas froisser son bras droit, mais après tout c'était aussi lui le roi et il devait se manifester à ce genre d'occasion. La seule chose qu'il espérait c'était que cette histoire ne finisse pas en bain de sang...

●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Membres NR
Anthiosis
My Secret
▋Credit Avatar : Adam Levine
▋Avatar : pour le moment, moi
▋Race : Orion
▋Pages de journal : 18



NR Statut
▋ My Power:
▋My relationship:


MessageSujet: Re: Le Bon Dieu sans confessions   Dim 28 Juin - 21:03

Le garde suisse commençait à se décomposer car il avait compris qu'il avait à faire à un Orion. Qui d'autre aurait affiché l'attitude que j'avais choisi: dérision et humour décalé ? Un Démon l'aurait grillé sur place afin de forcer le passage. Aucun sens de l'humour, les Démons, je vous assure. Et puis les démons avaient un peu de mal à se frayer un chemin sur notre territoire depuis l'accord signé. Il y avait bien quelques tentatives de dissidents réfractaires au règne de Satan. Il avait un peu de mal à maintenir l'ordre dans ses rangs le pauvre vieux. J'aurais presque envie de le plaindre. Mais quoi qu'il en soit, ces rebelles démoniaques étaient le plus souvent stoppés aux frontières. On les retrouvait fichés sur les grillages barbelés des frontières, grillés ou cryogénisés par nos drones. Ça faisait d'ailleurs quelque chose d'assez décoratif, une sorte d'incarnation palpable du mal dont nous protégions ces faibles humains. Donc non, le Garde Suisse savait bien qu'il n'avait pas à faire à un Démon car jamais nous ne l'aurions (mouahaha Orion) laissé pénétrer si avant dans une terre sacrée et consacrée. Aucun Humain n'aurait osé s'amuser avec son couvre-chef et danser devant lui en chantant une chanson salace et déjantée. Il savait donc que j'étais un Orion, et pas des moindres pour me permettre une telle audace. Et c'est pour cela qu'il avait blêmi, partagé entre son devoir de protection du palais pontifical et la peur de voir son matricule se dématérialiser en millions d'atomes éparpillés sur la place Saint Pierre.

Qu'est ce que c'était ennuyeux, tout de même, ces formalités administratives. Devoir atomiser un type pour pouvoir passer. Elle était loin l'époque du poinçonneur des Lilas qui faisait des petits trous pour laisser passer les voyageurs du Métro. J'allais justement dire au Garde qu'il devait se décoincer et se secouer en rythme avec moi pendant que je chantais, quand je sentis une main se poser sur mon épaule. Pas besoin de me retourner pour savoir à qui appartenait cette main. J'avais reconnu l'aura divine de mon bien-aimé souverain. Le plaisir de le voir se mêlait à une sorte de défensive lorsque je me retournai pour m'agenouiller et incliner la tête afin qu'il put poser sa paume sur le sommet de mon crâne. Je joignis les mains et murmurai en parodiant la confession.

- Priez pour moi Ô mon Souverain bien aimé, car j'ai pêché ! J'ai passé la nuit avec deux donzelles qui prétendent être d'anciennes danseuses de Ryhanna. J'ai mis plus de deux heures à me préparer dans la salle de bains ce matin et j'ai envisagé d'étêter ce joli garçon que voilà. Achevai-je en désignant le Garde Suisse totalement livide qui s'était déjà écarté en reconnaissant Orion dans toute sa celestitude.

Je dus me relever pour suivre mon Suzerain qui marchait, enfin glissait plus vite que son ombre. Tout en avançant à ses côtés, je tentai de nier que j'avais déjà quelques pensées bien lubriques ou noires sur la façon de donner congé à sa Papoté.

- Un incident politique majeur ? Mais avec qui ? Gabriel ? Laisse-moi me charger de lui. Je lui dois un chérubin de ma chie... enfin on a quelques comptes à régler. Quand au Pépé qu'on va voir, je ne lui veux pas grand chose. Je trouve juste qu'il n'a pas fait grand chose pour rendre ce lieu aussi fun qu'il aurait pu. Tu ne trouves pas ? Regarde autour de toi ! Dis-je tandis que nous traversions des jardins majestueux et luxuriants.  Ces fontaines et ces bassins, on pourrait en faire des piscines à mousse pour inviter quelques nymphettes toi et moi. Bon ok, quelques faunes aussi pour toi si tu veux. Non, sérieux, tu trouves pas que c'est du gâchis tout ça ? Bon à sa décharge, ceux qui sont passé avant lui avaient pas fait mieux. Il a un sacré héritage à faire bouger, mais on va prendre les choses en main, n'est-ce pas, toi et moi ?

J'imaginais sans peine les réceptions magnifiques que nous pourrions donner ici, pour célébrer la grandeur et la bonté d'Orion envers les Terriens. Nous inviterions leurs représentants les plus ... Représentatifs, bien sûr. Histoire de leur montrer qu'on pouvait être heureux sur leur planète et qu'eux aussi, grâce à nous. A la longue cela finirait bien par faire sortir Gabriel de son trou et là je le crucifierai comme on épingle un papillon. J'avais autant d'amour et de loyauté envers Orion et envers moi-même que de haine au service de cet enfoiré d'Archange. C'était cela le plan auquel il ne résisterait pas ! Quelle idée géniale! Je m’éblouissais moi-même! Transformer ce lieu sacré à ses yeux en un lieu de débauche et de plaisir. J'adressai un sourire plein d'assurance à Orion tandis que nous approchions les portes des appartements papaux.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


    King of
    ORIA
Orion
My Secret
▋Credit Avatar : ©DarkH.
▋Avatar : Grant Gustin
▋Race : Orion
▋Pages de journal : 46



NR Statut
▋ My Power:
▋My relationship:


MessageSujet: Re: Le Bon Dieu sans confessions   Ven 3 Juil - 17:19

    Visiblement il y avais des rumeurs qui me poursuivait, enfin ce n'était pas des rumeurs, mais je ne savais pas que même Anthiosis était au courant de mes penchants, surtout ceux-là. Etait-ce mon serviteur qui avait fauté? Qu'importe, après tout cela avait peut-être même la possibilité de pouvoir me rapprocher de celui dont je rêvais jour et nuit. Nous nous approchions des appartements papaux. Anthiosis semblait quelque peu sur la défensive, probablement à cause de mon arrivé plus que détonante au sein même du Vatican. Face à tout ce que venais de dire mon second, je ne pu m'empêcher de laisser échapper un sourire, probablement révélateur de ma pensée. Je m'imaginais  bien avec lui au milieu de cette fontaine totalement nu, cela pourrait être très intéressant après tout...

    "En effet, tu n'as pas tout à fait tort, nous devrions faire bouger les choses, et je crois que tu as tout à fait raison ! Enfin il ne faut pas non plus que nous ressemblions aux démons pervers tel que Satan ou Lucifer. Mais il n'y a pas de mal à s'amuser un peu au sein de notre royaume ! Et d'ailleurs on va mettre un véritable coup de pied au cul à toute cette religion coincé et cucul !"


    Au même moment je venais de donner un coup de pied dans la porte, qui explosa en mille morceaux. Nous étions au sein même de l'appartement pontife. Visiblement je n'avais pas tellement respecter ce que je disais auparavant, certes j'avais la technologie nécessaire afin de pouvoir ouvrir la porte, mais où était le plaisir? Maintenant j'étais à l'intérieur de ce qui allait être dans peu de temps mon palais royal, signe de mon pouvoir sur les démons mais surtout sur les anges. Ce qui était dommage c'est que je m'attendais à voir ce sacré Gabriel au sein même de cet endroit. Cela aurait pu être marrant non? Je m'approchais des lieux, tout en voyant les décorations. Mon dieu... QUe l'endroit était vieillot, il y avait beaucoup de déco à refaire et je ne pu une nouvelle fois m'empêcher de le faire constater à mon second.

    "La déco est vraiment... à gerber ! Je ne sais pas si c'est le côté angelot des choses qui se trouve ça et là qui me file la nausée, mais en tout cas, il va falloir que l'on fasse du ménage ici."


    Je contemplais au loin les canapés et pièces gigantesques qui se trouvaient derrière les lourdes portes du Vatican. Nous avions peut-être des choses intéressantes à découvrir, peut-être même des cadavres au fond de certains placards. ¨Pourquoi pas transformer cette expression en une réalité en enfermant un ou deux gardes décapités ? Non souviens toi Orion pas de meurtre, pas d'incident diplomatique après tout, nous pouvons peut-être faire de ce pape un allié.


    "Le plus drôle cela serai de retourner le pape contre son propre camp ! Tu penses que c'est possible? Après tout cela pourrait être assez amusant n'est-ce pas?"

    Il était désormais temps de se rendre, là où le destin nous attendait. Un dernier obstacle? Toujours pas même si j'espérais dans un sens un peu de difficultés.

●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
My Secret




MessageSujet: Re: Le Bon Dieu sans confessions   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Bon Dieu sans confessions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Shaka Ul'ul'ok - La Prêtresse sans Dieu (En cours)
» Dieu a dit : tu ne tueras point. [Livre 1 - Terminé]
» Yugo - Roi-Dieu Eliatrope au cœur pur
» « Sur le fond de mes nuits Dieu de son doigt savant Dessine un cauchemar multiforme et sans trêve. » [Myaw]
» Le palais Sans-souci en Danger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Revenge :: RPG :: Rome :: Le Vatican-